La cuisine minceur selon la médecine traditionnelle chinoise

Publié le Lundi 13 février 2012 par Chantal

Choix judicieux des aliments en fonction de la saison et de leur effet thermique, équilibre entre le Yin et le Yang, mode de cuisson et température de service appropriés… tous ces points peuvent avoir un impact positif sur notre poids, selon la médecine traditionnelle chinoise, qui recommande en outre de « manger au trois quarts de sa faim »…

Veiller à l’équilibre thermique des aliments

Les médecins de la Chine ancienne avaient constaté que chaque aliment avait des effets énergétiques particuliers, parmi ceux-ci, l’effet thermique ; ils les classifièrent selon leur nature chaude, tiède, neutre, fraîche ou froide. Ainsi, l’eau plate, le thé vert, les algues, les fruits tropicaux ou le yaourt sont de nature froide car ces aliments génèrent du froid interne : ce sont des aliments très Yin. Inversement, l’ail, le poivre, le piment et l’alcool fort sont très Yang : de nature chaude, ils génèrent de la chaleur et en raison de leur effet prononcé, ils doivent être consommés en petite quantité. Enfin, la plupart des céréales, légumes et légumes secs sont « neutres » et ne provoquent pas de déséquilibre thermique.

Mode de cuisson et température de service

Les modes de cuisson influencent la nature des aliments : par exemple, les fritures leur confèrent une nature plutôt chaude et doivent donc être utilisées avec modération, surtout en hiver. Les aliments congelés, même après cuisson, conservent, selon la médecine chinoise, une nature froide, ceux-ci doivent être évités. La température de service est importante : les boissons servies glacées ou froides ne font qu’épuiser l’énergie de l’estomac et doivent être évitées. Une boisson chaude comme le thé vert à la menthe, de nature fraîche, suffit à équilibrer la température corporelle : le servir chaud évite un gaspillage d’énergie… Une soupe glacée ne rafraîchit pas, elle complique la digestion. En revanche, une soupe bien chaude composée de légumes et d’herbes de nature fraîche est idéale.

Par ailleurs, la médecine traditionnelle chinoise recommande de manger cuit et tiède : les crudités dont l’organisme extrait difficilement l’énergie vitale (le « ying »), doivent être consommées en quantités modestes, plutôt au printemps et en été, et mâchées lentement. La cuisson peut cependant détruire cette énergie vitale, c’est pourquoi les Chinois ont adopté des cuissons douces et ultra-courtes afin de la préserver et de la rendre assimilable : wok, braisage, mijotage rapide… Enfin, un repas doit commencer par des aliments solides et chauds et se terminer par une boisson chaude, une soupe, une tisane ou de l’eau chaude.

Manger au trois quarts de sa faim

Le diététique chinoise recommande de ne pas manger à satiété, de sortir de table avec la sensation que l’on pourrait encore manger un peu : c’est la règle d’or de la longévité et de la santé. Manger est un acte sacré qui doit se dérouler dans le calme, sans précipitation, avec une attention totale aux sensations de l’instant : cela a pour effet de prolonger la mastication, de faciliter la digestion. Il s’agit là du premier conseil que donne un médecin chinois à une personne qui souhaite mincir.

Conserves et surgelés doivent être évités dans la mesure du possible. Les légumes secs et les céréales complètes, unanimement recommandés par les nutritionnistes occidentaux, nécessitent un feu digestif fort. Si le mangeur en est pourvu, ces aliments sont bénéfiques. Mais si la rate manque d’énergie, ils sont mal digérés et fatiguent l’organisme. Il en va de même pour les produits laitiers qui, consommés dans certaines conditions, peuvent générer asthme, bronchites, rhinites chroniques et … rétention d’eau !

Choisir les aliments selon la saison

L’été, saison du feu, est la plus yang de l’année et nous incite naturellement à rechercher la fraîcheur : la médecine traditionnelle chinoise nous conseille d’éviter les alcools forts, l’ail, le thé noir, le café, le chocolat ou le vin rouge et de privilégier des aliments et boissons de nature fraîche ou froide comme les thés verts ou blancs, les fruits de mer, les algues, les yaourts et les fromages frais, les fruits d’été ou exotiques et les herbes fraîches comme la menthe. L’hiver, saison de l’eau, est la plus yin : ragoûts, rôtis, soupes, vins et alcools peuvent être consommés, mais avec modération ! En revanche, il est recommandé d’éviter les aliments tels les lentilles, les pois chiches, le sel, les algues ou encore les viandes et poissons fumés, en hiver.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

Leave a Reply