Maigrir avec le régime Groupe Sanguin

Publié le Mercredi 4 janvier 2012 par Chantal

Le groupe sanguin serait le « chaînon manquant » permettant d’expliquer nos problèmes de santé et de surpoids. Ainsi, certains aliments seraient nocifs pour certains groupes sanguins et bénéfiques pour d’autres, et auraient donc le pouvoir de nous faire grossir ou maigrir…

Le médecin naturopathe américain, Peter D’Adamo à qui l’on doit le best-seller « 4 groupes sanguins, 4 régimes » (titre original : Eat Right for Your Type) n’est pas le premier à avoir étudié le rôle du groupe sanguin dans la biochimie des organismes humains. Mais ses recherches menées durant six années à l’Université Bastyr de Seattle auraient permis d’en décrypter l’influence sur les besoins diététiques. Selon lui, une nourriture appropriée au groupe sanguin peut agir en tant que médicament pour améliorer notre santé et résoudre nos problèmes de surpoids. C’est le groupe sanguin qui porte la clé de la longévité, de la vitalité et de la solidité émotionnelle de chacun, et qui détermine les aliments que nous devrions manger, l’efficacité avec laquelle nous brûlons les calories, et l’activité physique idéale pour nous.

Pourquoi ? Les besoins nutritionnels de chacun seraient étroitement liés à la genèse de l’apparition des groupes sanguins. Le régime alimentaire du groupe O est le plus ancien ; les premiers hommes vivaient de la chasse et de la cueillette, se nourrissant de gibier, d’insectes, de baies, de racines et de feuilles. Le régime alimentaire du groupe A a été déterminé par l’apparition de l’agriculture et la sédentarisation des populations humaines. Le régime alimentaire du groupe B est issu, quant à lui, des adaptations résultant de la migration vers le nord et les climats plus froids et hostiles. Enfin, le régime alimentaire du groupe AB, le plus récent, est la conséquence de mutations modernes provoquées par le mélange de groupes humains disparates d’origines diverses. A chaque groupe sanguin correspondrait une série d’aliments néfastes pour la santé et générateurs de prise de poids.

Plus précisément, nous devrions nos kilos superflus aux lectines (protéines particulières) contenues dans les aliments. Celles-ci sont présentes dans tant de légumes et de légumes secs, de noix, de graines et de fruits de mer, qu’il serait impossible de ne jamais en consommer : la tactique recommandée est d’éliminer uniquement les lectines qui ont un pouvoir agglutinant sur nos cellules et dont la liste dépend de notre groupe sanguin. Ainsi, le gluten, qui est la lectine la plus commune que l’on retrouve dans le blé et dans les autres céréales, agirait sur la muqueuse de l’intestin grêle des personnes du groupe O, provoquant inflammations et irritations douloureuses, alors qu’il ne poserait aucun problème aux personnes du groupe A. L’absorption de lectines inappropriées au groupe sanguin provoquerait également une désorganisation du processus de digestion, un ralentissement du métabolisme des aliments, empêchant de brûler efficacement les calories, un déséquilibre dans la production d’insuline et une rupture de l’équilibre hormonal se traduisant par une rétention d’eau (œdème) et des problèmes thyroïdiens entre autres.

D’après le Dr D’Adamo, « nous ne sommes pas plus en mesure de choisir un régime alimentaire que de choisir notre sexe ou la couleur naturelle de nos cheveux ! Il a déjà été présélectionné pour nous voici des millénaires ». La perte de kilos excédentaires est l’une des conséquences naturelles de la remise en état du corps : le régime groupe sanguin permet de distinguer les aliments qui susciteront une perte ou une prise de poids selon l’individu : « le principal problème que la plupart de mes patients rencontrent est une perte de poids trop rapide qui m’oblige à réajuster leur régime pour ralentir le processus ! »

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

Leave a Reply