Archive for the ‘Nutrition & Diététique’ Category

Savoir calculer les calories pour maigrir

Publié le Dimanche 12 février 2012 par Chantal

Il est utile, surtout en début de régime, de peser ses aliments et de faire des calculs de calories pour se familiariser à cette matière et développer une mémoire visuelle des portions. Sans pour autant emmener sa balance et sa calculette chez les amis ou au resto … !

Pour commencer, procurez-vous une table des calories aussi complète que possible. C’est un outil indispensable pour toute personne qui souhaite perdre du poids ou simplement garder la ligne. Vous en trouverez sans difficulté sur l’Internet, sans quoi demandez conseil à votre médecin. Procurez-vous aussi un petit calepin dans lequel vous noterez les calories de chaque aliment ou boisson que vous ingurgitez, ainsi qu’une calculette si vous n’êtes pas fort en maths. Une balance de cuisine peut également être utile, pour mieux évaluer le poids, ainsi qu’une cruche graduée pour les liquides. A noter que certains appareils électroniques du type « smart phone » et certains sites web sont pourvus de calculateurs de calories bien pratiques.

Pendant quelques jours (pas obligatoirement consécutifs), efforcez-vous de préparer vous-même tout ce que vous mangez et de calculer avec autant de précision que possible les calories de vos aliments. Pour les liquides, vous pouvez partir du principe que 100 ml égale à peu près 100 gr. Pour les plats préparés, conserves, surgelés, produits secs, etc., les calories sont toujours indiquées sur l’emballage. Pour les plats que vous préparez, calculez le total puis évaluez le contenu de la portion que vous prenez. Et surtout, n’oubliez rien ! Ne négligez pas l’apport calorique des en-cas, des graisses de cuisson, des sauces, du sucre ajouté aux boissons chaudes, etc. Les jours où vous pratiquerez cet exercice, notez strictement toutes les calories consommées. Faites ensuite le grand total en fin de journée. Que voyez-vous ? Lorsque l’on sait qu’en moyenne, le maximum de calories nécessaires est de 2000 par jour pour une femme et de 3000 par jour pour un homme, ce petit exercice de calcul peut parfois produire un véritable électrochoc!

Le premier objectif est donc une prise de conscience : voir que nous avons souvent naturellement tendance à « manger trop ». Ensuite et surtout, il vous familiarisera avec le calcul des calories. En répétant cet exercice quelques fois, quand vous en avez le temps, vous commencerez à pouvoir évaluer d’un simple coup d’œil les calories contenues dans divers aliments et préparations culinaires. Vous serez aussi plus attentif à toute cette problématique des calories. Vous ferez attention à ne pas dépasser votre quota journalier, et si vous ne pouvez l’éviter, vous pourrez compenser en adaptant vos repas suivants ou en augmentant votre dépense de calories.

Il n’est évidemment pas indispensable de faire des calculs précis. Les approximations suffisent et en deux semaines, on est « formé »… Plus besoin de balance : vous « verrez » les calories. Une petite semaine de rafraîchissement de la mémoire tous les six mois peut être utile car le compas risque progressivement de dévier… cent grammes devenant bientôt 125 puis 150 etc…

Manger selon son horloge biologique pour être mince et en forme

Publié le Dimanche 12 février 2012 par Chantal

Boulimie, grignotage, fringales et autres razzias nocturnes sur le frigo … Manger nerveusement provoque indigestion chronique, gonflements et inflammation des intestins, fatigue, déprime, cellulite, déséquilibres hormonaux et prise de poids. Pourquoi ? Les comportements alimentaires anachroniques bouleversent notre horloge biologique…

Manger nerveusement, sans appétit et sur le pouce à tout moment, sans respecter son horloge biologique, serait une erreur capitale. L’horloge biologique, dont le mécanisme se trouve dans l’hypothalamus, prévoit que nous prenions trois, quatre et même cinq repas par jour selon l’intensité de notre activité physique. Le travail de nuit, les voyages et les décalages horaires notamment peuvent provoquer son dérèglement. Des travaux récents ont démontré que les ruptures répétées des horaires des repas peuvent produire des modifications du métabolisme.

Le repas unique et la prise alimentaire nocturne provoquerait des augmentations du taux de cholestérol, des dépôts graisseux sur les artères et toute une série d’autre problèmes. En effet, la digestion s’opère de façon différente pendant la nuit : pour le même repas pris à midi ou à minuit, l’apport en sucre dans l’organisme diffère.

Par ailleurs, si le repas est pris très vite ou dans un contexte de stress les dégâts sont encore plus importants : cela stimulerait notamment l’envie de fumer ou de boire de l’alcool et d’autres boissons excitantes (café, thé…). Le stress pendant le repas abaisse dans l’organisme les sécrétions de cortisone, de mélatonine, de testostérone et d’autres substances essentielles. Manger devant la télévision peut provoquer du stress et des chocs émotionnels dus par exemple aux mauvaises nouvelles, à la violence ou tout simplement aux alternances lumineuses du petit écran…

Le jeûne provoquerait également des dégâts, de même que les régimes qui suppriment l’un ou l’autre aliment. En effet, l’estomac sécrète à heures fixes les sucs digestifs (chronobiologie de la prise alimentaire) et s’ils n’ont rien à traiter, ils se transforment en acides et autres poisons qui intoxiquent l’organisme en causant notamment une prise de poids.

Conclusion ? Stop aux repas à toute heure, au grignotage et aux razzias nocturnes sur le frigo ! Notre organisme est programmé pour traiter les graisses pendant le sommeil (lipolyse nocturne). Pour que l’horloge biologique retrouve sa cadence naturelle et respecte les cycles neuro-endocriniens, il est conseillé de prendre un petit déjeuner léger puis d’attendre quatre heures au moins entre chaque repas (trois heures en cas d’activité physique intense). La boulimie, c’est-à-dire la propension à manger n’importe quoi sans appétit et à toute heure, aboutit toujours à un stockage excessif de graisses, de même que le grignotage, qui est la prise répétitive et automatique de faibles quantités d’aliments déclenchée sans faim. La fringale (souvent due à l’insuffisance du repas précédent, à un choc émotionnel ou à un effort physique prolongé) est une envie urgente de manger en dehors des repas et peut aboutir au même résultat. En outre, boulimie, grignotage et fringales provoquent indigestion chronique, gonflement des intestins, inflammation de la muqueuse intestinale, mais aussi des variations de poids qui entraînent à leur tour fatigue, déprime, troubles cardio-vasculaires et lympthatiques (attention, cellulite !), hormonaux…

Prendre le temps de manger pour maigrir et rester mince

Publié le Vendredi 10 février 2012 par Chantal

Pas toujours facile de concilier vie professionnelle, vie de famille et tâches quotidiennes d’une part et impératifs de santé et de bien-être de l’autre ! Mais une chose est sûre : si vous souhaitez perdre du poids, prenez garde aux repas avalés en quelques minutes ! Bien mâcher chaque bouchée est essentiel pour maigrir et garder la ligne.

Les activités professionnelles, les obligations familiales, les amis, les hobbies et autres engagements et occupations se bousculent et se chevauchent dans notre emploi du temps… Ce n’est parfois pas évident d’y faire de la place pour une vraie pause-repas. Il n’y a que 24 heures dans une journée ! Pourtant, avaler un sandwich en terminant un boulot urgent sur l’ordinateur ou passer en éclair entre deux courses, au fast-food du coin, n’est pas du tout idéal pour la ligne. C’est d’ailleurs carrément contreproductif en cas de régime amaigrissant ! Les nutritionnistes et diététiciens ne nous le répèteront jamais assez : il faut prendre le temps pour les repas. S’asseoir confortablement dans une ambiance décontractée, manger lentement, bien mastiquer chaque bouchée et ne pas se précipiter au travail ou à la salle de fitness immédiatement après avoir avalé la dernière bouchée. En outre, il est déconseillé de manger en position allongée, debout ou en marchant.

Le processus de digestion commence dès le moment où vous mettez de la nourriture en bouche et que celle-ci est mélangée à votre salive. Or si vous l’engloutissez trop rapidement sans bien la mâcher, votre salive n’a pas le temps d’agir. De plus, votre système digestif aura du mal à suivre et cela se traduira par toutes sortes de désagréments : ballonnements, crampes, aérophagie… Aussi, il faut savoir que les gens qui mangent vite, mangent généralement trop, ce qui n’est vraiment pas idéal quand on essaie de contrôler son poids.

Il est recommandé de ne pas faire autre chose en mangeant, comme lire, écrire ou regarder la télévision. Prendre le temps de savourer chaque bouchée, en se concentrant sur chaque saveur et chaque arôme, cela aide à déclencher la sensation de satiété, et donc à manger moins. Quoi de plus agréable qu’un repas que l’on prend le temps de déguster ? Pourquoi abréger ce moment de plaisir ? En cas de régime amaigrissant surtout, il faut bien s’offrir de petites récompenses régulièrement pour tenir le coup et ne pas sombrer dans la déprime et le découragement total !

Il peut arriver cependant que vous n’ayez vraiment pas le temps de faire un repas convenable en vous détendant pour en profiter un maximum: dans ce cas, mangez plutôt une petite quantité de « mendiants » (mélanges de fruits secs et de noix), sans oublier de bien les mastiquer et de boire une grande quantité d’eau. Ces mélanges sont très nourrissants et pleins de bonnes choses pour votre santé. Ils vous fourniront l’énergie nécessaire pour tenir le coup jusqu’au moment où vous aurez vraiment le temps de vous faire plaisir.