Quelles sont les conséquences de l’obésité et du surpoids pour la santé ?

Publié le Jeudi 9 février 2012 par Chantal

Maladies cardiovasculaires, hypertension, hyperlipidémie, syndrome de résistance à l’insuline, hyperinsulinémie,  diabète sucré de type 2, arthrose, problèmes articulaires…  Le surpoids et l’obésité chez les adultes sont directement liés à des maladies chroniques parfois graves. A surveiller surtout : les graisses situées sur le ventre.

D’après l’Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.), 1,5 milliard de personnes sont en surcharge pondérale dans le monde, c’est-à-dire que leur indice de masse corporelle est de 25 ou plus : parmi elles, plus de 200 millions d’hommes et près de 300 millions de femmes sont obèses (IMC de 30 et plus). Vingt-trois pourcents des cardiopathies ischémiques, 44% des cas de diabète et de 7 à 41% de certains types de cancers sont attribuables à une surcharge pondérale.

Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde; en 2008, 17.3 million de personnes sont mortes des conséquences d’une maladie cardiovasculaire (projection pour 2030 : 23.6 millions de personnes). Les maladies cardiovasculaires sont à l’origine de 30% de tous les décès. La cause la plus fréquente d’accidents cardiaques et vasculaires cérébraux est l’amas de dépôts graisseux (cholestérol) sur les parois des vaisseaux sanguins qui alimentent le cœur ou le cerveau. 80% des maladies coronariennes et cérébrovasculaires sont causées par une mauvaise alimentation, le manque d’exercice physique et le tabagisme. Le surpoids constitue un facteur aggravant. Il peut aussi être à l’origine de certains dysfonctionnements du cœur. Des recherches récentes menées à l’Université d’Adélaïde, en Australie, ont mis en évidence le lien entre l’obésité et certaines anomalies dans la structure, la taille et le rythme des contractions du muscle cardiaque.

Plus la surcharge pondérale est importante, plus le risque de contracter un diabète de type 2 est élevé. Aujourd’hui, le nombre de diabétiques dans le monde s’est accru de manière exponentielle, atteignant des proportions épidémiques tout comme l’obésité et le surpoids: d’après l’O.M.S., 346 millions de personnes étaient atteintes par cette maladie en 2011. 90% d’entre elles souffraient d’un diabète de type 2.  Or il faut savoir que le diabète augmente aussi le risque coronarien ou cérébrovasculaires : 50% des diabétiques décèdent d’une maladie cardiovasculaire.

Le risque de développer une maladie cardiovasculaire ou un dérèglement de la fonction insulinique est non seulement fonction du niveau de surcharge pondérale, mais aussi de la manière dont les graisses sont réparties sur le corps. Une forte concentration de graisses au niveau central (région abdominale) constitue un facteur de risque plus important qu’une répartition des graisses en périphérie du corps.

Arthrose, fractures et usure prématurée des articulations (genoux, chevilles) : le surpoids peut avoir une incidence non négligeable sur la mobilité. Les personnes trop lourdes ont généralement besoin d’implants orthopédiques à un plus jeune âge. Par ailleurs, la surcharge pondérale peut être à l’origine de certaines complications en chirurgie orthopédique, notamment d’infections, de caillots sanguins ou de dislocations prématurées des prothèses. Souvent, une période de réadaptation plus longue sera nécessaire.

Enfin, le lien entre obésité et certains types de cancer a été établi scientifiquement, en particulier, le cancer de l’utérus, le cancer du sein et le cancer du côlon. Dans une étude de 524 cas de cancer du sein menée entre janvier 2009 et septembre 2010, des chercheurs de l’Université de Grenade en Espagne, ont démontré que les femmes obèses courent un risque plus important de contracter cette maladie et à un plus jeune âge, que les femmes de poids normal.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

Leave a Reply